entretenir son couteau
Techniques de couteliers pour entretenir son couteau.

Petit guide d’entretien d’un couteau

4.8 (96.36%) 11 vote[s]

Entretenir un couteau pliant n’est pas compliqué, mais nécessite quelques précautions à connaître.

Un couteau de qualité fabriqué de manière artisanale mérite toute notre attention pour qu’il dure le plus longtemps possible. Dans cet article vous découvrirez les secrets des couteliers pour entretenir son couteau. Vous apprendrez à nettoyer la lame en fonction du métal utilisé, mais aussi à la garder toujours tranchante, aiguiser une lame de couteau ne s’invente pas, il y a quelques précautions à respecter. Vous apprendrez des astuces pour entretenir son manche en bois ou en corne, mais aussi sa mitre. Les astuces pour garder son ressort en bonne tension. 

Entretien de la lame

Ne jamais laver la lame d’un couteau sous l’eau du robinet, optez plutôt pour un torchon humidifié pour nettoyer votre lame. Et, vous vous en serez douté, le lave-vaisselle ne fait pas partie du vocabulaire du passionné de couteaux ! Suivez donc cette maxime :

Un couteau ne se lave pas, il s’essuie !

Si votre couteau a une lame en carbone, attention, celle-ci peut rouiller si le couteau n’a pas été essuyé avec soin. Pour entretenir votre lame, vous pouvez la huiler de temps à autre avec de l’huile de lin ou d’olive pour éviter la corrosion.

Entretien du manche

Manche en bois

Le bois est un matériau noble et naturel, avec le temps votre manche peut sécher, se foncer, gonfler ou se craqueler et révéler sa fibre en surface. Pour éviter cela, n’hésitez pas de temps à autre à huiler le manche avec de l’huile de lin ou d’olive pour le nourrir. Pour le récupérer, s’il est vraiment abîmé, utiliser un papier de verre très fin (p400), poncez légèrement et uniformément, lustrez-le ensuite (avec de l’huile de lin). Il va foncer légèrement lors de l’application, c’est normal, mais le manche de votre couteau récupèrera rapidement sa couleur initiale. Pour le préserver le plus longtemps possible ne jamais le laisser immerger dans l’eau, le bois gonflerait et se fendrait.

Manche en corne

La corne est un matériau vivant naturel, avec le temps votre manche peut sécher et révéler la fibre en surface. Son entretien est sensiblement le même que pour le bois. Pensez toujours aussi à ne pas le laisser immerger dans l’eau, ou exposé à une forte chaleur (supérieure à 50°C), ne le laissez pas dans la voiture en plein été par exemple. Le lave-vaisselle est là encore toujours proscrit.

Entretien de la mitre

La mitre de votre couteau, si elle est en acier inoxydable pourra bénéficier des mêmes soins que sa lame ou son manche, un chiffon humide et un huilage de temps en temps. Si la mitre est en laiton, utilisez un produit spécialisé (Miror par exemple).

Comment affûter un couteau ?

Un couteau de qualité est un couteau qui s’aiguise

En matière de coutellerie ou même d’outillages divers, l’affûtage reste souvent une préoccupation secondaire, faute de temps, de matériel adéquat, ou surtout de connaissances suffisantes pour en maîtriser les secrets techniques. Cependant, son importance ne reste même plus à démontrer : le meilleur couteau, ou l’outil de la plus belle qualité, ne livrera pas son potentiel lorsque son affutage sera déficient ou mal conduit. Pire encore, ce couteau ou cet outil émoussé peut “gâcher” le travail effectué ou être carrément dangereux, en ripant, et en se retournant contre son utilisateur.

Les mauvais couteaux coupent les doigts et laissent le bois

Avec une pierre naturelle

La pierre à aiguiser naturelle est toute indiquée pour aiguiser les lames en acier carbonne

  • Immergez la pierre au moins ¼ d’heure avant de l’utiliser (cela permettra de nettoyer la pierre et de la préparer pour un meilleur aiguisage).
  • Sortez la pierre de l’eau, et surtout ne la séchez pas.
  • Aiguisez votre couteau en faisant glisser votre lame sur la pierre avec un angle relativement fermé (environ 15° degrés d’inclinaison) et un geste régulier, sans forcer. Autant de passages de chaque côtés. Ne pas faire faire de va-et-vient.

Avec une pierre synthétique

La pierre synthétique est parfaite pour aiguiser les lames en inox

  • Immergez votre pierre au moins 2 heures avant son utilisation, gardez-la humide (comme pour la pierre naturelle).
  • Faites glisser votre lame sur la pierre en l’inclinant de 15 à 20° (selon “l’agressivité” et/ou la résistance du tranchant que vous souhaitez donner à votre couteau).
  • Glissez sur la pierre en maintenant le même angle sur toute la longueur de votre tranchant.
  • Répéter l’opération avec autant de passages sur les 2 faces.
  • Si le fil de votre couteau est très abimé, commencez par la face la plus abrasive (face ayant la couleur la plus sombre) et finissez en utilisant la même technique sur la face fine (face plus claire).
  • Opération à réaliser régulièrement sur la face fine pour garder le fil de votre couteau toujours tranchant.

Prendre soin de ses couteaux, quelques conseils de plus…

Tout propriétaire de couteaux responsable et attentionné, doit connaître les bases de l’entretien de ses outils tranchants. Un couteau bien entretenu servira de compagnon pour longtemps. Le terme “entretien des couteaux” englobe bien plus que le simple fait de savoir comment garder sa lame tranchante.

Pour une lame sans rouille

Le pire ennemi de tout couteau est peut-être la rouille. Ne vous y trompez pas, même si le fabricant a utilisé de l’acier inoxydable. Dans des conditions idéales, même l’acier inoxydable peut rouiller. Si vous vivez dans un environnement marin, veuillez à être très attentif. Puisque l’air dans les endroits comme les régions côtières a un taux d’humidité plus élevé que la normale, avec en plus, un peu de sel mélangé, il est important de garder la surface de la lame légèrement recouverte d’une pellicule d’huile. L’huile empêchera l’air salin humide d’entrer en contact avec l’acier de la lame. Toute huile lubrifiante de qualité ménagère suffira.

Si vous n’utilisez-pas votre couteau pendant longtemps, ne le laissez pas dans son étui en cuir, le cuir emprisonne l’humidité et cela pourrait oxyder la lame ou faire craqueler le manche. L’étui en cuir c’est que pour le transport !

Si le couteau venait en contact direct avec de l’eau salée, lavez le couteau aussitôt que possible avec de l’eau du robinet et appliquez de l’huile après l’avoir séché consciencieusement.

Ne pas oublier les axes

Les axes seront graissés, on les fera jouer pour que la graisse pénètre et on en éliminera le surplus pour éviter le risque de tacher ses vêtements.

Régulièrement l’intérieur du couteau sera curé des saletés (formées notamment par le feutre des vêtements agglomérés d’huile et de poussière diverses), pour éviter toutes rayures on utilisera des curettes en bois (cure-dent).

Couteau pliant et transport

Si l’on a l’habitude de porter son pliant dans la poche avec des clefs ou de la monnaie, mieux vaut choisir une matière résistante pour les plaquettes, ce peut-être, par exemple, du bois stabilisé ou du damas massif. Dans le cas contraire, mieux vaut prendre la précaution de ranger son couteau pliant dans un étui de cuir ou de feutre avant le transport.

On ne replie son couteau, la plupart du temps, qu’au moment du transport…

On ne gardera jamais non plus, un pliant avec un ressort compressé, cela l’affaiblirait et pourrait presque, à terme, provoquer sa rupture ; comme la disposition des ressorts varie selon les modèles de pliants, il faut donc conserver son couteau en fonction de son modèle, ce sera généralement lame ouverte, il ne sera replié qu’au moment du transport.

Vous avez aimé cet article ? Faites-en profiter vos amis !